Preuves expérimentales

Publié le par Edysseus

 

Article précédent   Article suivant


"Le rôle du psychisme dans l’état de santé n’est pas une hypothèse. La médecine le reconnaît d’ailleurs au niveau même du protocole expérimental."


 

Même si cette théorie est très intéressante, la science s’appuie sur des faits. Dans la mesure où aucune expérience reproductible ne peut prouver la psychosomatique, est-ce qu’elle n’est finalement pas destinée à rester une simple hypothèse ?

Le rôle du psychisme dans l’état de santé n’est pas une hypothèse. La médecine le reconnaît d’ailleurs au niveau même du protocole expérimental. A l’heure actuelle, en effet, l’efficacité des médicaments est testée en « double aveugle » et déduite d’après la comparaison de leur effet avec l’effet placebo. En clair, pour savoir si un médicament est efficace, on prend deux groupes d’individus, un groupe A qui va recevoir des flacons contenant une substance active, et un groupe B un simple flacon d’eau sucrée. Les médecins, pas plus que les malades, ne savent qui a reçu quoi, sachant que, pour se révéler efficace, l’efficacité sur le groupe A devra se montrer supérieure à celle qui sera mesurée sur le groupe B.

Or, si la moyenne de la plupart des médicaments finalement commercialisés se situe à environ 40 % d’efficacité, c’est-à-dire qu’ils arrivent à guérir ou à soulager les symptômes de 40 % des individus qui les prennent, la moyenne des placebos tourne pour sa part autour de 30 %, soit une différence très faible. Ce qui veut dire, en clair, que si la plupart des médicaments ont beaucoup d’effets secondaires nuisibles, ils n’ont qu’un effet bénéfique très réduit, et que, à l’inverse, quand une molécule semble agir, elle doit toujours en grande partie son efficacité au psychisme. Bien sûr, les résultats varient beaucoup d’un médicament testé à l’autre : ainsi, les effets du placebo sont très faibles dans le cas d’une septicémie, et peuvent aller jusqu’à 80 % d’efficacité dans le cas de douleurs importantes. Mais, dans tous les cas de figure, il représente un angle mort dans la théorie matérialiste.

Mais il s’agit encore d’arguments de principe. Or, la science a besoin de s‘appuyer sur des preuves matérielles.

Il existe des preuves expérimentales qui appuient cette psychosomatique sur le cancer. Lorsque l’organisme programme un cancer pour répondre à un stress particulièrement intense et continu, il provoque un court-circuit cérébral, tout à fait à la manière d’un disjoncteur. Le ressenti associé au conflit va alors décider de l’aire cérébrale atteinte, qui va, à son tour, déterminer l’organe-cible. A ce moment-là, le codage des cellules change, et le cancer, qui représente un mode d’organisation cellulaire de crise, apparaît. Dès lors, l’organisme présente un certain nombre de symptômes bien précis, qui ne vont disparaître qu’au moment où le conflit psychobiologique sera résolu.

C’est certainement l’un des points les plus intéressants de la psychobiologie : au moment où le conflit atteint un seuil critique et que l’organisme lance le programme de production des cellules cancéreuses, le cerveau est affecté physiquement. Et si la rupture du champ électrique n’est pas repérable immédiatement, elle est parfaitement observable au moment où l’organisme récupère du conflit. A ce moment-là, l’aire cérébrale qui a commandé l’apparition du cancer est parfaitement visible au scanner, mais aussi de façon palpable, l’intensité de l’activité métabolique de réparation du circuit cérébral se traduisant par une chaleur perceptible au toucher.

Ce processus est visible empiriquement, et en lisant un scanner cérébral, un médecin formé à la psychobiologie doit être capable de déduire par quels type de conflits est passé un patient.

La méthode de vérification utilisée pour confirmer un diagnostic psychobiologique consiste donc à analyser les scanners du cerveau, et, sans rien savoir de l’histoire personnelle du patient, à déduire les différents conflits par lesquels il est passé.

Ainsi, les médecins ou des psychologues sachant faire le décodage psychobiologique des maladies (comme Ryke Geerd Hamer, Claude Sabbah, Pierre Barbey ou le docteur Thomas-Lamotte), pour prouver cette théorie, ont demandé à des médecins de leur fournir des dossiers sans aucune information sur le passé ou la personnalité des patients concernés. Puis, à partir de la seule analyse des scanners, ils ont dressé une analyse des conflits psychobiologiques auxquels chaque patient était soumis. Or, après enquête, ces diagnostics se sont très souvent révélés justes.

« Très souvent » ? Cela veut dire que la méthode n’est donc pas infaillible ?

Il existe une marge d’incertitude. Celle-ci vient de plusieurs facteurs : tout d’abord, il existe des cancers qui ont une origine strictement mécanique, comme les cancers provoquées par la radioactivité. Dans ce cas, cette méthode ne présente aucun intérêt. Ensuite, le rapport entre le conflit et le type de cancer peut être équivoque. Par exemple, si on a affaire à un homme qui souffre d’un cancer de la prostate, c’est qu’il a vécu un intense conflit ayant une composante sexuelle, généralement lié aux enfants ou aux petits-enfants, ce qui explique que cette maladie survienne généralement après un certain âge et touche peu les hommes jeunes. Néanmoins, ce cancer peut très bien correspondre à toutes sortes de cas différents. De la même façon, si une femme développe un cancer du sein, c’est qu’elle a vécu soit un « conflit de nid », lié à son enfant, soit un conflit lié à son conjoint, mais là encore, il peut être difficile de détecter le conflit à l’origine de la maladie. Sans parler du fait que ce modèle est déclinable en une infinité de variations, puisque le sujet peut également intérioriser le conflit d’une tierce personne, ou bien subir un conflit déclencheur à partir d’un traumatisme refoulé des années auparavant.

La psychosomatique ne consiste donc certainement pas à dire : « Vous avez vécu tel événement, donc vous aurez telle maladie. » La preuve, c’est que beaucoup de gens traversent des épreuves terribles sans que cela affecte leur santé. En revanche, cette médecine démontre que, derrière la plupart des maladies, il y a un profond déséquilibre affectif, et que, même si chaque être humain soit différent et ne ressente pas les choses de la même manière que son voisin, il existe un rapport précis entre les types de conflits et les maladies. Ainsi, un homme qui a perdu son emploi, selon la façon dont il perçoit l’événement, peut développer un cancer, du côlon, du foie, de l’estomac, un ulcère, des maux de dos ou de tête (ou rien du tout s’il ne ressent pas de stress) ; mais, dans tous les cas, la maladie se rapportera à un sentiment bien particulier, soit la trahison, soit l’impuissance, soit la peur de manquer, etc.

 

Où peut-on trouver des études qui démontrent ce lien de cause à effet de façon expérimentale ?

La plupart des études disponibles sur Internet ont été menées par le Docteur Ryke Geerd Hamer, fondateur controversé de la « médecine nouvelle », qui a découvert la méthode de lecture psychobiologique des scanners. Elles sont disponibles à cette adresse : http://medecinenouvelle.com/verifications/

Toutefois, nous encourageons le lecteur à s’y reporter avec prudence. A l’heure actuelle, le Docteur Hamer est en proie à plusieurs accusations, et ses travaux sont extrêmement critiqués par une bonne partie de la communauté médicale. Une partie de ces critiques est sans conteste due à des facteurs plus politiques que proprement scientifiques, mais à côté de cela, le Docteur Hamer et ses partisans ont eu des prises de positions que l’ont peut qualifier d’extrémistes. Hamer, en particulier, a affirmé que les prédictions basées sur sa théories étaient justes à 99% et qu’elle avaient abouties à plus de 95% de guérisons, ce qui est pour le moins aberrant.

Après avoir longuement examiné ses travaux et discuté avec des personnes ayant été en contact avec lui ou ayant été traitées par sa méthode, nous en avons conclu que son travail apporte des avancées réelles, mais qu’à côté de cela, il s’est produit une forte dérive idéologique (voire sectaire) liées à ses théories. Il faut donc être capable de faire la part des choses, le problème étant, dans son cas précis, d'arriver à séparer clairement  l'homme de l'oeuvre, ce qui est tout de même plus facile à faire dans le domaine des sciences que dans celui de la littérature (voir Céline ou Heidegger...)

Ce qui est certain, c'est qu'entre d'une part la pression exercée par une partie du système pour écarter cette approche thérapeutique, et de l'autre les dérives dogmatiques de certains de ses défenseurs, il est plus que jamais important de trouver une position neutre, en travaillant à consolider les fondements scientifiques et expérimentaux de ces théories, en collaboration avec des organisme indépendants ou des institutions reconnues et ayant une autorité dans le monde médical...

 

Article précédent   Article suivant

Commenter cet article

Baudouin.labrique 10/07/2006 17:32

Pratiquant en tant que psychothérapeute ce que je range sous le concept de psychobiologie
 

(cf. www.Psychobiologie.eu) et qui reprend notamment les découvertes fondamentales du Dr Geert Hamer, je pense aussi qu'il ne faut pas jeter "l'enfant avec l'eau du bain.".
 

Cf. www.RetrouverSonNord.be/Hamer.htm
 

Le Dr Hamer est lui-même et depuis le début demandeur pour qu’on vérifie tout à fait officiellement la validité de ses théories, malgré le fait qu’elles ont déjà été maintes
 

A cette fin voici une pétition en faveur du Dr Hamer, pour faire vérifier sa théorie.
 

Vous avez sa traduction en  français en pièce jointe.Pour participer- ouvrir le lien joint (ou faire un copié-collé dans la barre de votre navigateur)- aller à l'adresse indiquée http://www.online-petition.de/petitions.php?id=217- aller en bas de la page et remplir les différents champs:Name: prénom et nomStrasse: n° et nom de la ruePLZ: code postal Ort: lieu, par ex Paris - FranceEnfin signer en cliquant sur : unterzeichnen 
 

Traduction de la pétition
 

Sehr geehrte Damen und Herren,
 

liebe Freunde der Germanischen Neuen Medizin von Dr. Hamer!
 

 
 

Mesdames et Messieurs,
 

chers amis de la Médecine Nouvelle Germanique du Dr Hamer,
 

 
 

Prof. Dr. Hartenstein bzw. die Deutsche Krebsgesellschaft haben abgewunken! Man traut sich nicht, der Einladung von Dr. Hamer zu einer öffentlichen Überprüfung der GNM zu folgen.
 

 Le Professeur Hartenstein de la société allemande de cancérologie a refusé de donner suite à la demande du Dr Hamer d’effectuer une vérification officielle.
 

 
 

Seit 25 Jahren bietet Dr. Hamer diese Überprüfung immer und immer wieder an, denn nur durch Überprüfung am nächstbesten Patientenfall kann festgestellt werden, ob die GNM stimmt oder eben nicht. Was ist an Dr. Hamers Forderung bzw. Bitte verwerflich?
 

 Cela fait 25 ans que le Dr Hamer demande que cette vérification soit faite, car seule une vérification sur des malades peut déterminer si la MNG est juste ou non. Cette demande du Dr Hamer serait-elle critiquable ?
 

 
 

Seit 25 Jahren verweigert sich die "anerkannte" Schulmedizin.
 

 Cela fait 25 ans que la médecine d’école s’y refuse.
 

 
 

Es geht hierbei nicht um eine bloße Bewilligung eines Parkplatzes! Es geht hierbei um täglich 1700 Tote, allein in Deutschland, die diese "anerkannte" Schulmedizin verursacht.
 

 Il ne s’agit pas ici d’une simple autorisation pour une place de parking ! Il s’agit de la mort de 1700 personnes chaque jour, rien qu’en Allemagne, occasionnée par la médecine d’école.
 

 
 

Der Leiter des "Studienkreises für Germanische Neue Medizin" in Tettenweis bei Pocking hat deshalb eine PETITION gestartet:
 

 Pour cette raison le responsable du „Cercle d’étude pour la Médecine Nouvelle Germanique“ de Tettenweis près de Pocking vient de lancer une pétition :
 

 
 

                                http://www.online-petition.de/petitions.php?id=217
 

 
 

Es geht um uns, um unser Leben und um das unserer Kinder und lieben Familienangehörigen.
 

Cela concerne notre vie, celle de nos enfants et de nos proches.
 

 
 

Bitte, nehmen Sie an dieser Petition teil.
 

 Merci de prendre part à cette pétition.
 

 
 

PS
 

weil man die GNM nicht widerlegen kann, versucht man sie nun zu verbieten
 

Parce qu’on ne peut pas réfuter la MNG, on tente de l’interdire.
 

 
 

mit freundlichen Grüßen
 

Bien cordialement. 
 

 
 

Ing. Helmut PilharAMICI DI DIRK ÖSTERREICH - VerlagsauslieferungNettingerstr. 221A-2724 Hohe Wand / MaiersdorfTel/Fax: 0043 2638 81236Email: helmut@pilhar.comHomepage: http://www.pilhar.com Onlineshop: http://amicididirk.systemshop.at